À Sebastian Scheffer, le 24 mai 1665
Note [41]

Page 172 (Paris, 1646), livre ii, chapitre xlv, De Calendula, seu Caltha [Le Souci, ou Caltha] ligne 23 (§ 1), remplacer Pal. par palustrem dans :

In Officin. habemus non Caltham Pal. (palustrem) sed Caltham Bauhini.

[Dans les officines, nous avons non pas la Caltha Pal. (palustris), mais la Caltha de Bauhin].

Caltha palustris est le nom latin du souci d’eau ou populage des marais ; le souci de Bauhin (v. supra note [39]) correspond au souci officinal (Calendula officinalis). Le nom de calendula (calendule en français) lui venait du fait qu’on lui attribuait la particularité de fleurir aux calendes (premiers jours du mois). Le souci était tenu pour provoquer les règles, faciliter l’accouchement, traiter la peste, faire sortir l’éruption de la variole et lutter contre les venins.

La réédition de Francfort (1667, page 138) a appliqué la correction de travers en imprimant In Officin. habemus non Caltham Pal. sed Caltham palustrem Bauhini.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Sebastian Scheffer, le 24 mai 1665. Note 41

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1384&cln=41

(Consulté le 09.12.2022)

Licence Creative Commons