Autres écrits : Commentaires de la Faculté rédigés par le doyen Guy Patin (1650-1652) : 2d. Novembre 1650-novembre 1651, Affaires de l’Université
Note [41]

Furetière a distingué trois sortes d’avocats (patroni en latin) : l’écoutant (auditor) « n’a point encore de pratique », le plaidant (causidicus) « s’applique à la plaidoirie », le consultant (advocatus, scholasticus ou responsor) « se renferme à la consultation ».

V. note [9], lettre 589, pour Claude Pucelle, avocat au Parlement. Un de ses confrères parisiens a porté le nom de Jean Arragon, mais les archives que j’ai consultées le disent mort avant 1645.

César Egasse Du Boulay ne m’a pas aidé à comprendre ce qu’était précisément, dans l’Ancien Régime, un conseiller de l’Université (consiliarius Academiæ) : soit une charge purement honorifique, soit un office effectif de magistrat siégeant et opinant en la chambre (conseil) disciplinaire de l’Université. Cette seconde explication me semble plus probable parce que, contrairement aux facultés et aux nations qui la composaient, l’Université n’avait pas de censeur (membre chargé de veiller à la discipline des maîtres et des écoliers).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Commentaires de la Faculté rédigés par le doyen Guy Patin (1650-1652) : 2d. Novembre 1650-novembre 1651, Affaires de l’Université. Note 41

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8185&cln=41

(Consulté le 08.08.2020)

Licence Creative Commons