Autres écrits : Ana de Guy Patin :
L’Esprit de Guy Patin (1709),
Faux Patiniana II-4, note 41.
Note [41]

Les noms y sont écorchés, mais le fond de cet article est exact, car il y a bien eu deux frères Folengo, tous deux moines bénédictins à Mantoue, qui ont inventé la poésie macaronique de Merlin Coccaye.

  • V. note [19], lettre 488, pour Teofilo, le plus connu des deux.

  • Son aîné, Giambattista Folengo (1499-1559), est auteur de nombreux et pieux commentaires latins sur l’Écriture sainte.

Leurs noms sont réunis dans le titre d’un ouvrage :

Ioan. Bapt. Chrysogoni Folengii Mantuani Anachoritae Dialogi, quos Pomiliones vocat. Theophili Folengii Mantuani Anachoritæ varium poema, et Ianus.

[Dialogues de Joannes Baptista Chrysogonus {a} Folengius, moine de Mantoue, qu’il appelle les Nains. Le Poème varié et le Janus de Theophilus Folengius]. {b}


  1. De naissance dorée.

  2. In Promontorio Minervæ, ardente Sirio [Au Promontoire de Minerve (v. seconde notule {b‑i}note [23] du Naudæana 3 ), à l’Armoise ardente] (probablement pour Venise, Aurelio Pincio), 1533, in‑8o de 222 pages, dont Ann E. Mullaney a mis en ligne une transcription et une traduction en anglais.

Le Grand Dictionnaire de Moréri (Lyon, 1693, tome premier, page 1306) a consacré deux articles distincts aux frères Folengo, mais sans mentionner leur lien de parenté.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Ana de Guy Patin :
L’Esprit de Guy Patin (1709),
Faux Patiniana II-4, note 41.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8217&cln=41

(Consulté le 23/04/2024)

Licence Creative Commons