Autres écrits : Une thèse cardinale de Guy Patin :
« La Sobriété » (1647), note 48.
Note [48]

Guy Patin prenait un malin plaisir à puiser dans des sources inattendues. Après les pieux traités de Jeremias Drexel venaient les :

Dionysii Lebey-Batillii Regii Mediomatricorum Præsidis Emblemata. Emblemata a Iano Iac. Boissardo Vesuntino delineata sunt. Et a Theodoro de Bry sculptæ et nunc recens in lucem edita.

[Emblèmes de Denis Lebey de Batilly, chef du présidial royal Metz, {a} publiés pour la première fois avec les commentaires de Jean-Jacques Boissard, natif de Besançon, {b} et les gravures de Theodor de Bry]. {c}

L’emblème xl (page 80), Eberius {d} insano est similis [Qui est ivre est semblable au fou] est accompagné de ce commentaire (en prose) :

Magnum hoc vitium vino est ; pedes captat primum, luctator dolosus est.

[Le grand vice du vin est d’être un fourbe lutteur : il s’en prend d’abord aux pieds]. {e}


  1. Denis Lebey de Batilly (1551-1607), maître des requêtes.

  2. V. note [9], lettre latine 228.

  3. Francfort, sans nom, 1596, in‑4o illustré de 103 pages.

  4. Sic pour Ebrius.

  5. Les deux derniers vers de l’emblème de Lebey et, plus encore, le vieillard allongé qui figure au premier plan de la gravure (page 81) désignent plus clairement la goutte du pied (podagre, v. note [30], lettre 99) :

    Luctator vafer est, et decipit arte dolosa :
    Nam primum captat debilitatque pedes
    .

    [C’est un roué lutteur, dont la fourbe ruse surprend, car il s’en prend d’abord aux pieds et les estropie].

    Il fallait avoir lu cet emblème pour comprendre que Patin voulait ici parler de la goutte.


Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Une thèse cardinale de Guy Patin :
« La Sobriété » (1647), note 48.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8223&cln=48

(Consulté le 23/06/2024)

Licence Creative Commons