À Claude II Belin, le 7 mai 1660
Note [5]

Hydre : « monstre fabuleux que les poètes feignent avoir plusieurs têtes, qui ajoutent qu’à la place de celle qui était coupée il en naissait plusieurs autres. La défaite de l’Hydre est mise au rang des Travaux d’Hercule [v. note [3], lettre de Reiner von Neuhaus, datée du 21 octobre 1663]. L’hydre est le symbole des procès et de la chicane » (Furetière).

John Lambert (v. note [18], lettre 485), farouche opposant de la restauration de la Couronne qui se préparait en Angleterre, avait été emprisonné dans la Tour de Londres en mars 1660 et s’en était échappé le mois suivant. Aussitôt libre, il avait tenté, mais en vain, de reconstituer un parti républicain pour s’opposer au Parlement désormais royaliste. Ayant reconstitué une petite armée, il avait été arrêté le 2 mai à l’issue du combat de Daventry. Condamné à mort pour haute trahison en 1662, sa peine fut commuée en emprisonnement à perpétuité. Il mourut en 1684 dans l’île Drake, en face de Plymouth.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 7 mai 1660. Note 5

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0607&cln=5

(Consulté le 05.02.2023)

Licence Creative Commons