À Christiaen Utenbogard, le 22 mars 1657
Note [6]

Louis Du Gardin (Ludovicus Gardinius ou Gardenius, ou Hortensius), médecin flamand (1572 Valenciennes-1633 Douai), docteur de la Faculté de Douai, où il enseigna pendant 28 ans :

  • Ludovicus Gardinius contra Pestem : sive de Pestis natura, causis, signis, prognosticis, precautione, et curatione Epitome medica per Conlusiones distributa, et ab Authore recognita. Accessit ejusdem Remedium erroris in ponderibus Medicis,

    [Louis Du Gardin contre la Peste ; ou Abrégé médical réparti par conclusions sur la nature, les signes, le pronostic, la prévention et le traitement de la Peste ; avec, du même auteur, un Remède aux erreurs sur les poids en médecine] ; {a}

  • De Animatione fœtus quæstio, in qua ostenditur quod anima rationalis ante organizationem non infundatur, auctore Ludovico Du Gardin,

    [Question sur l’acquisition d’une âme chez le fœtus, où il est montré qu’une âme rationnelle ne se répand pas avant l’organisation de l’être, par Louis Du Gardin] ; {b}

  • Anima rationalis restituta in integrum, sive altera Refutatio opinionis quæ sibi persuadet animam rationalem ante omnem organizationem, infundi in semen ; Authore Ludovico Du Gardin, Medicinæ Doctore ac Professore regio ordinario in alma Universitate Duacena,

    [L’Âme rationnelle restituée dans son intégrité, ou seconde Réfutation de l’opinion qui se persuade qu’une âme rationnelle se répand dans la semence, avant toute organisation de l’être ; par Louis Du Gardin, docteur et professeur royal ordinaire de médecine en la salutaire Université de Douai]. {c}


    1. Douai, Petrus Auroius, 1631, in‑12 (précédente édition 1617, in‑8o).

      La partie prophylactique a paru sous forme abrégée en français : Chasse-perste, ou les remèdes singuliers et familiers, dont chacun se pourra servir pour se préserver en temps pestiféré, et se guérir soi-même s’il est atteint de la peste. Par M. Louis du Gardin, docteur en médecine et professeur ordinaire (Arras, Guillaume de la Rivière, 1619, in‑4o).

    2. Douai, Petrus Auroy, 1623, in‑8o ; contre Thomas Fienus, docteur et professeur de médecine à Louvain (v. note [2], lettre 776).

    3. Id. et ibid. 1629, in‑8o.

Avec cinq autres, ces trois titres de Du Gardin figuraient (pages 429‑430) dans l’édition alors disponible des de Scriptis medicis [des Écrits médicaux] de Johannes Antonides Vander Linden (Amsterdam, 1651, v. note [3], lettre latine 26).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Christiaen Utenbogard, le 22 mars 1657. Note 6

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1110&cln=6

(Consulté le 05.12.2022)

Licence Creative Commons