L. latine 77.  >
À Christiaen Utenbogard,
le 22 mars 1657

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

[Ms BIU Santé 2007, fo 55 vo | LAT | IMG]

Au très distingué M. Christiaen Utenbogard, à Utrecht.

Très distingué Monsieur, [a][1]

Parce que je pense très souvent à vous, je vous écris de nouveau pour vous dire que je suis en vie et me porte bien. De vous et pour vous, je fais le même vœu. Denis Joncquet, mon collègue et ami, et notre nouveau professeur de botanique, a promis de me donner des graines de ce Geranium Americanum noctu olens à vous expédier ; [1][2][3] il en aura l’été prochain, mais en attendant, il m’a remis des graines de cyprès, de phillyrée et de sapin, que j’ai ici sous les yeux sur ma table. [2][4][5][6] Je suis disposé à toutes vous les envoyer dès que j’aurai trouvé quelque porteur ou messager adéquat. Si quelqu’un de ma connaissance quitte cette ville pour se rendre en votre Hollande, je vous les ferai parvenir par son intermédiaire. Si M. de Thou, président au Parlement de Paris, obtient son ambassade dans votre pays, [7] ce qui est une affaire encore indécise, je mettrai ces graines dans une petite boîte, et elles vous seront remises par une main fidèle et absolument sûre. J’ai aussi ici une semence de bonne odeur, qu’on dit être de scorsonère d’Espagne : la racine en est comestible et de très excellent goût ; [3][8] je l’avais semée il y a deux ans dans ma maison des champs, située à quatre lieues d’ici ; [9] c’est une merveille de dire comme elle a pullulé ; et pourtant il ne m’en reste pas une graine car notre jardinier s’en est débarrassé en raison de l’excessive profusion des racines ; mais j’en ai obtenu d’autre part, savoir de moines à qui on en envoie d’Espagne. Si vous ne disposez pas de cette semence en votre pays, je vous l’enverrai avec les autres. Écrivez donc et envoyez votre lettre à notre ami l’excellent M. Vander Linden. [10] M. Riolan, notre ancien, mourut ici le 19e de février, âgé de 77 ans. [11] Je n’ai rien de plus à vous écrire. Vivez, portez-vous bien et aimez-moi.

Votre Guy Patin de tout cœur.

Ce vendredi 22e de mars 1657. [b]

[Uppsala universitetsbibliotek, Waller Ms fr‑07024, 1b | LAT | IMG]

Pour M. Utenbogard : Joncquet m’a donné des graines de cyprès, de phillyrée et de sapin ; et il m’a promis de me donner des graines de Geranium noctu olens[1]

[Uppsala universitetsbibliotek, Waller Ms fr‑07024, 1a | LAT | IMG]

Il faudra envoyer à M. Vander Linden :

Coaca Præsagia de Louis Ferrant ; [12][13]
Apologia pour Van Helmont, in‑8o ; [14][15]
Medicina antihermetica de Gabriel Fontaine ; [4][16]
Itinerarium Beniamini, avec les notes de Constantinus L’empereur ; [5][17][18]
le livre de Louis Du Gardin contra Pestem, sive de Pestis natura, etc., Douai, in‑12o ;
De Animatione fœtus Quæstio, in qua ostenditur, etc., Douai, 1623, in‑8o ;
Anima rationalis restituta in integrum, etc., Douai, 1629, in‑8o[6][19][20][21]


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Christiaen Utenbogard, le 22 mars 1657

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1110

(Consulté le 22.10.2019)