De Julien Bineteau, le 8 octobre 1651
Note [6]

« M. Patin s’est vanté de guérir tous ses malades avec la saignée, un lavement de son et du séné en bouillon, ou tisane S.S.S. »

Cette addition marginale de Julien Bineteau (reprise plus bas dans sa lettre) donne raison à Sainte-Beuve pour les « trois S » de Guy Patin (v. note [2] de la consultation 1), bien que le son ne fît guère partie de ses prescriptions ordinaires. Voilà comme se fabriquent les légendes.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Julien Bineteau, le 8 octobre 1651. Note 6

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9090&cln=6

(Consulté le 14.05.2021)

Licence Creative Commons