À Claude II Belin, le 16 septembre 1637
Note [7]

Les eaux de Forges (aujourd’hui Forges-les-Eaux, pays de Bray, Seine-Maritime) étaient alors très à la mode, surtout depuis la cure que Louis xiii y avait faite en 1632 et 1633 (avec la retentissante querelle médicale qui en avait découlé, v. note [15], lettre 17). Trévoux :

« Forges est renommé par ses eaux minérales qui sont très salutaires pour la gravelle {a} et plusieurs autres maladies, et il y a toujours pendant l’été un grand concours de Français et d’étrangers. On dit les eaux de Forges, aller aux eaux de Forges, prendre les eaux de Forges. On transporte aussi ces eaux et on prend les eaux de Forges à Paris et ailleurs. »


  1. V. note [2], lettre 473.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 16 septembre 1637. Note 7

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0035&cln=7

(Consulté le 05.08.2020)

Licence Creative Commons