À Claude II Belin, le 13 janvier 1639
Note [7]

En 1574, Pierre Deschamps vint d’Italie établir à Paris une colonie de capucins, beaucoup plus nombreuse que la première (quatre religieux établis en 1564 par le cardinal de Lorraine dans son domaine de Meudon, qui furent renvoyés de France à sa mort), et qui s’installa au village de Picpus. C’étaient, à proprement parler, des frères mineurs, qu’on nomma capucins à cause de la forme pointue de leur capuche. Peu de temps après, le commissaire général de l’ordre en amena de Venise une douzaine d’autres, qu’il établit, avec l’agrément du roi Henri iii, dans un couvent du faubourg Saint-Honoré. Le roi, dans des lettres patentes du mois de juillet 1576, avait déclaré prendre les capucins sous sa protection en sauvegarde spéciale. Aussi, lorsque ces religieux désirèrent s’installer d’une façon plus somptueuse, les aida-t-il de sa bourse à construire, rue Saint-Honoré, une magnifique capucinière et une superbe église, qui, commencée en 1603, fut entièrement achevée en 1610. Cent vingt capucins y furent logés et entretenus aux frais des fidèles, et ils se montrèrent sinon les plus habiles, au moins les plus zélés défenseurs de la Cour de Rome (G.D.U. xixe s.).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 13 janvier 1639. Note 7

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0045&cln=7

(Consulté le 21.10.2019)

Licence Creative Commons