À Thomas Bartholin, le 13 août 1663
Note [7]

Mercure est le dieu latin (Hermès des Grecs) à qui (après Apollon, v. infra. note [12]) la mythologie attribuait le plus de fonctions. Il était notamment tutélaire des voyageurs, des marchands et des filous.

Quant à son image, Noël ajoute que :

« Des monuments le présentent avec la bourse à la main gauche, et à l’autre un rameau d’olivier et une massue ; symboles l’un de la paix, utile au commerce, l’autre, de la force et de la vertu nécessaires au trafic. En qualité de négociateur des dieux, il porte le caducée, {a} emblème de paix, et qui a de plus la vertu d’amener sur les paupières des mortels le sommeil et les songes. Les ailes qu’il porte à son bonnet, à ses pieds, à son caducée, marquent sa légèreté à exécuter les ordres des dieux, surtout celui de conduire aux Enfers les âmes des morts, et des les en ramener. »


  1. Avec deux serpents enroulés, quand le caducée médical (ou bâton d’Esculape) n’en a qu’un seul (v. notule {g}, note [5], lettre 551).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Thomas Bartholin, le 13 août 1663. Note 7

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1288&cln=7

(Consulté le 14.05.2021)

Licence Creative Commons