À Thomas Bartholin, le 13 août 1663
Note [12]

Virgile, Énéide, chant xii, vers 405‑406 :

Nulla viam Fortuna regit, nihil auctor Apollo
subvenit
.

[La Fortune {a} ne l’aide en rien ; Apollon, {b} son protecteur, ne lui procure aucun secours].


  1. Déesse qui décidait de la chance et de la malchance (v. note [9], lettre 138).

  2. Entre maintes autres attributions, Apollon était dieu de la guérison par les remèdes (v. note [8], lettre 997).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Thomas Bartholin, le 13 août 1663. Note 12

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1288&cln=12

(Consulté le 10.08.2022)

Licence Creative Commons