À André Falconet, le 20 février 1665, note 8.
Note [8]

V. note [9], lettre 423, pour Claude ii de Rebé, marquis d’Arques, qui avait hérité de son grand-oncle, Claude i, archevêque de Narbonne, mort en 1659. Une abbaye qui avait probablement fait partie de ce legs tombait entre les mains de Jean de Beauvais fils de Catherine-Henriette Bellier (v. note [12], lettre 208) ; baron de Gentilly, il mourut en 1697. Saint-Simon a parlé de lui et de sa mère dans ses Mémoires (tome i, page 109‑110) :

« […] Mme de Beauvais, première femme de chambre de la reine mère et dans sa plus intime confidence, et à qui tout le monde faisait d’autant plus la cour qu’elle ne s’était pas mise moins bien avec le roi, dont elle passait pour avoir eu le pucelage. {a} Je l’ai encore vue, vieille, chassieuse et borgnesse, à la toilette de Mme la duchesse de Bavière, où toute la cour lui faisait merveilles parce que de temps en temps, elle venait à Versailles où elle causait toujours avec le roi en particulier, qui avait conservé beaucoup de considération pour elle. Son fils, qui s’était fait appeler le baron de Beauvais, avait la capitainerie {b} des plaines d’autour de Paris. Il avait été élevé, au subalterne près, {c} avec le roi. Il avait été de ses ballets et de ses parties, et galant, hardi, bien fait, soutenu par sa mère et par un goût personnel du roi, il avait tenu son coin, {d} mêlé avec l’élite de la cour et depuis, traité du roi toute sa vie avec une distinction qui le faisait craindre et rechercher. Il était fin courtisan et gâté, mais ami à rompre des glaces {e} auprès du roi avec succès, et ennemi de même ; d’ailleurs honnête homme, et toutefois respectueux avec les seigneurs. »


  1. En 1654, Louis xiv étant âgé de 15 ans.

  2. Bien qu’il fût de condition infiniment inférieure.

  3. Des chasses.

  4. Parlé à propos.

  5. Oser une démarche délicate.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 20 février 1665, note 8.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0812&cln=8

(Consulté le 22/02/2024)

Licence Creative Commons