À André Falconet, le 1er novembre 1655, note 9.
Note [9]

Moréri (1718, tome 5, pages 29), dans l’article qu’il consacre à la famille de Rebé, désigne ce comte comme étant Claude ii, seigneur (et non comte) de Rebé, marquis d’Arques (mort en février 1665), petit-neveu de Claude i de Rebé, archevêque de Narbonne (v. note [2], lettre 416). Le grand-père de Claude ii, prénommé Zacharie, était le frère aîné de l’archevêque. Claude ii était le fils unique de Philibert de Rebé (mort en 1637) et de Diane d’Apchon, fille du marquis de Saint-André ; l’archevêque de Narbonne (probablement son parrain) l’avait désigné comme son héritier. Claude ii mourut aveugle, Guy Patin a signalé ce décès à Mâcon en février 1665. Il avait épousé Jeanne d’Albret, fille de Henri, baron de Miossens, comte de Marennes, et d’Anne de Pardaillan ; ils eurent pour fils unique Claude-Hyacinthe, marquis d’Arques, colonel du régiment de Piémont, brigadier des armées du roi, lieutenant général pour sa majesté en la province de Roussillon, mort à Namur en 1693, âgé de 36 ans, par suite des blessures reçues à la bataille de Nerwinde.

V. note [3], lettre 416, pour Marie de Rebé, nièce de l’archevêque et petite-fille de Jean Fernel. Claude ii de Rebé était un client éminent d’André Falconet ; comme il était à Paris (sans doute pour accompagner l’archevêque de Narbonne qui présidait l’Assemblée du Clergé), Falconet lui avait recommandé de consulter Guy Patin. Les lettres suivantes ont suivi l’affaire.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 1er novembre 1655, note 9.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0423&cln=9

(Consulté le 23/05/2024)

Licence Creative Commons