À Charles Spon, le 20 juin 1653
Note [9]

Curia vult marcas, bursas exhaurit et arcas,
si bursæ parcas, fuge papas et patriarchas,
si dederis marcas, et eis impleveris archas,
culpas solveris quacumque ligatus eris
.

[La curie veut des écus, elle vide les bourses et les coffres. Fuis les papes et les patriarches si tu veux ménager ta bourse. Si tu leur donnes tes écus et remplis leurs coffres, tu seras absous de tes fautes, de quelque façon qu’elles te puissent lier].

Ces quatre vers sont extraits d’une compilation établie en 1512 par Nicolas de Dresde (chef de l’École allemande de Prague), intitulée Tabulæ veteris et novi coloris seu cortina de Antichristo [Tables de l’ancienne et de la nouvelle couleur, ou oracle sur l’Antéchrist] (Antonie Jan Lamping, Ulrichus Velenus, Oldrich Velensky, and his treatise against the papacy [Ulrichus Velenus, Oldrich Velensky, et son traité contre la papauté], Leyde, E.J. Brill, 1975, pages 105‑107). Ils ont été repris dans quelques ouvrages publiés au début du xviie s. où Guy Patin avait dû les relever.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 20 juin 1653. Note 9

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0318&cln=9

(Consulté le 24.11.2020)

Licence Creative Commons