À Charles Spon, le 26 juillet 1661, note 9.
Note [9]

V. note [11], lettre 507, pour cette expression ironique ; Loret était de même sentiment que Guy Patin sur l’impiété du duc d’Épernon {a} (Muse historique, livre xii, lettre xix, du samedi 24 juillet 1661, page 380‑381, vers 47‑94) :

« Sans respecter les gens de marque,
Cette même insolente parque,
Dont aucun ne se peut sauver,
Nous vient encore d’enlever
(Après, je crois, quatorze lustres) {b}
Un de nos modernes illustres,
Nonobstant tout son grand renom,
À savoir Monsieur d’Épernon
Qui, des effets d’un sort volage,
Fut ici-bas la vraie image.
Il eut quelquefois sur les bras
De redoutables embarras ;
Fortune, assez souvent perverse,
Lui suscita mainte traverse ;
Mais, comme il avait grand cœur,
Il se moqua de sa rigueur,
Contre qui sa haute constance
Fit toujours quelque résistance,
Que, dans la guerre ou dans la paix,
Il ne se relâcha jamais,
Ni de sa vigueur actuelle,
Ni de sa fierté naturelle.

Cela n’empêcha pas, pourtant,
Qu’en état de mourir étant,
Sa grande âme ne fût docile
Aux préceptes de l’Évangile.
Il s’amollit, il pardonna,
Vers Dieu son esprit se tourna.
Il adora sa sapience,
Il déchargea sa conscience,
Et montra bien de l’amitié
À sa vertueuse moitié,
Qui, d’une âme chaste et fidèle,
Fut toujours un rare modèle.
Et, bref, en son dernier moment,
Il mourut fort chrétiennement.

De tout mon cœur je lui souhaite
Une perdurable retraite
Parmi les saints du paradis.
J’ai mangé de son pain jadis,

Il laisse une charge fort belle,
Et plusieurs sont amoureux d’elle ;
Et même un grand gouvernement
Fort désiré pareillement.
Mais à de semblables fortunes
N’ayant prétentions aucunes,
À moins d’être un peu bien fou,
J’en donne ma part pour un sou. »


  1. Bernard de Nogaret de La Valette, v. note [13], lettre 18.

  2. 14 lustres font 70 ans ; Bernard de Nogaret de La Valette en avait 69.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 26 juillet 1661, note 9.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0709&cln=9

(Consulté le 13/04/2024)

Licence Creative Commons