À André Falconet, le 30 octobre 1670
Note [9]

Au cours de la longue pérégrination savante en Europe qui suivit sa condamnation à Paris (février 1668), relatée dans son Autobiographie (1682), Charles Patin a rédigé des Relations historiques de ce qu’il voyait de remarquable : antiquités, médailles, monuments, coutumes locales, etc. Les deux premières ont été publiées en 1670 (Strasbourg, Simon Paulli, in‑12) sous les titres de Relation historique, en forme de lettre de Charles Patin…. et de Relation historique, contenue en une lettre de M. Charles Patin… Elles ont été regroupées avec les deux suivantes pour faire les Quatre relations historiques par Charles Patin, médecin de Paris (Bâle, sans nom, 1673, in‑12 de 336 pages).

  • Le frontispice gravé montre Socrate inscrivant sur un marbre la devise Vita hominis peregrinatio est [La vie de l’homme est une prérégrination] (selon l’Axiochos de Platon).

  • Suivent le portrait de Carolus Patin doctor medicus Parisiensis, 1673 et sa légende qui sont décrits dans la notule {b}, note [15] de Jacob Spon et Charles Patin, premiers éditeurs des Lettres choisies de Guy Patin (1683), puis les quatre relations

  • La première, sur un voyage en Suisse, Allemagne, Autriche, et Hongrie, est dédiée à « Son Altesse, Monseigneur Frédéric Auguste, duc de Wittemberg, etc. ». « La date de cette lettre est assez difficile à remplir, car elle a été écrite à plusieurs reprises : je l’ai méditée en revenant de Vienne, à cheval, en bateau et en calèche, et je l’ai écrite quand j’en ai eu le loisir en différents jours du mois d’août 1669. »

  • La deuxième, au Tyrol et en Bavière, dédiée à « son altesse sérénissime, Eberhard, duc de Wittemberg et de Teck, comte de Montbéliard, seigneur de Heidenhaim, etc. », est datée « de Strasbourg en janvier 1670 ».

  • La troisième, à « son altesse sérénissime, Monseigneur Frédéric, marquis de Bade-Dourlach, etc. », datée « de Strasbourg, en octobre 1671 », emmène le lecteur dans la vallée du Rhin, de Bâle à la Hollande, puis en Angleterre.

  • La quatrième, à « son altesse sérénissime, Monseigneur Antoine Ulric, duc de Bronzoüic [sic pour Brunswick] et de Lunebourg, etc. », datée « de Bâle le 2 au 12 juin 1673 », relate un autre voyage en Allemagne et en Autriche, avec un long post-scriptum sur la Suisse, daté « de Bâle, ce 20 juin 1673 ».

Dans la quatrième (pages 293‑296), à propos de Paracelse, se trouve une allusion de Charles à la mort de son père :

« Que votre altesse sérénissime me permette de lui décrire l’épitaphe que je vis contre la muraille de l’église, {a} d’un homme qu’on estime fort en Allemagne, et particulièrement en ce pays-là.

conditvr hic
philippvs theophrastvs,
insignis medicinæ doctor,
qui
dira illa vvlnera,
lepram, podagram, hydropisim,
aliaqve insanabilia corporis
contagia
mirifica arte svstvlit
ac
bona sva in pavperes
distribvenda collocandaqve
honoravit:
anno m.d.xli. die xxiiii. septembr.
vitam cum morte mvtavit.
 {b}

Cela ne s’accorde guère avec ce que j’avais appris de lui en France, où il ne passe que pour un charlatan, qui a voulu aveugler le monde par les avantages extraordinaires qu’il promettait. Combien a-t-il fait pendre de faux monnayeurs qui ne s’attendaient à rien moins et qui, en lisant Paracelse, ne songeaient qu’à apprendre à faire de l’or. Cet imposteur en promettait le secret à tout le monde. Cependant, il est mort gueux et dans ce même hôpital de Salzbourg, où le bien qu’il a donné aux pauvres ne peut servir que de deux lignes d’amplification pour son épitaphe. Il se vantait, de plus, de pouvoir accorder le pape, Luther et le Turc : c’est un méchant homme puisqu’il ne l’a pas fait. La seule facilité qu’il en avait, à mon sens, est qu’il n’était zélé pour aucun parti. Enfin, disait-il, je sais le secret de faire vivre jusqu’à cent et cinquante ans sans maladies, et lui-même est mort à trente et sept, accablé de douleurs. Rien de tout cela ne me persuade de sa probité, ni de son érudition. Il est vrai que, comme il s’était acquis quelque réputation, il y a eu de savants physiciens en Allemagne qui ont mis son nom à la tête de leurs écrits. Ainsi ce Paracelse a eu de la gloire, à quoi il ne s’attendait pas, même après sa mort. Mais grâces à Dieu, le monde en est tantôt détrompé. On sait que nos médecins évitent l’éloge, dont on se repaissait au siècle passé, en les traitant d’excellents chimistes : ce serait assez pour exprimer {c} aujourd’hui de très malheureux médecins. Ce n’est pas que je prétende condamner la connaissance de la chimie, je la connais pour merveilleuse, mais je la connais aussi pour une pierre d’achoppement et de scandale, qui fait trébucher la plupart de ceux qui s’y heurtent. Mon père, dont la mémoire me renouvelle des larmes, disait que c’était le singe de la médecine et la fausse monnaie de notre profession. »


  1. De Salzbourg.

  2. « Ci-gît Philippe Théophraste, insigne docteur en médecine, dont l’art prodigieux a supprimé ces terribles fléaux que sont la lèpre, la goutte, l’hydropisie, et les autres contagions incurables du corps, et qui s’est honoré en distribuant et cédant ses biens aux pauvres. Il mourut le 24 septembre 1541. »

  3. Désigner.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 30 octobre 1670. Note 9

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0996&cln=9

(Consulté le 04.02.2023)

Licence Creative Commons