Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 16
Note [9]

Constantii Varolii, Philosophi ac Medici Bononiensis, Anatomiæ sive de resolutione corporis humani ad Cæsarem Mediovillanum libri iiii. A Joan. Baptista Cortesio, in Bonon. Gymnasio Chirurgiam atque Anatomem publice profitente, nunc primum editi. Ac V.C. Hieronymo Mercuriali, Medicinam theoricam supraordinariam in eodem Gymnasio docenti, ab eodem nuncupati. Eiusdem Varolii et Hier. Mercurialis de nervis opticis, nonnullisque aliis, præter communem opinionem in humano capite observatis, Epistolæ. Cum indice copiosissimo [Quatre livres d’Anatomie de Costanzo Varolio (Varole, v. note [50], lettre latine 150), philosophe et médecin de Bologne, ou la description du corps humain à l’adresse de Cesare Mediovillano ; publiés pour la première fois par Giovanni Batista Cortesi, professeur public de chirurgie et d’anatomie à la Faculté de Bologne, et qu’il a dédiés au très distingué Geronimo Mercuriali, professeur extraordinaire de médecine pratique en la même Faculté. Avec les lettres des mêmes Varolio et Girolamo Mercuriali (v. note [16], lettre 18) sur les nerfs optiques et sur quelques autres observations, hors de la commune opinion, concernant la tête humaine. Avec un très riche index] (Francfort, Johann Wechel et Peter Fischer, 1591, in‑8o). Éloy en mentionne à tort une édition de 1573 à Padoue : il s’agissait de son seul traité sur les nerfs optiques.

V. supra note [8] pour le commentaire de Caspar Bauhin sur ce livre et sur la description de la valvule iléo-cæcale qu’il contient, dont voici la transcription et la traduction complètes (livre iii, chapitre iii, pages 69‑70) :

Sed quia ex prædicta ventris compressione (quidquid dicant aliqui veteres) non erat maior ratio cur fæces ab intestino crasso regurgitarent ad tenuia, chylique distributionem perturbarent, ac vomitum stercoraceum provocarent, quam per inferius foramen exirent : ergo, ubi ilium iungitur colo, protuberat ex parte interna huius membrana quædam, quæ est ultimus finis ilii eiusque producti, quam ego eius inventor operculum ilii appello. Unde fæces ex compressione ad superiora regurgitantes, operculum præditum supra ilii foramen reclinant, idque claudunt ; atque ita superiora petere nequeunt.

[À la susdite compression du ventre (quoique disent quelques anciens), au lieu de sortir par l’orifice inférieur, {a} les matières fécales devraient régurgiter du gros intestin vers le grêle, pour y perturber la distribution du chyle et provoquer le vomissement fécaloïde ; {b} mais à l’abouchement de l’iléon dans le côlon, une membrane faisait saillie, venant de la partie intérieure, qui est la terminaison de l’iléon, et émanant de lui ; et moi, qui en suis l’inventeur, je l’appelle le couvercle de l’iléon. Quand, en comprimant, on pousse les matières fécales vers l’amont, elles replient et ferment le susdit couvercle par-dessus l’orifice de l’iléon, et c’est ainsi qu’elles ne peuvent remonter].


  1. L’anus, orifice du rectum.

  2. Le vomissement vrai de matière fécale ne se produit qu’en cas de communication anormale (fistule) entre le côlon et l’estomac.

Giovanni Battista Cortesi (Bologne 1554-Reggio de Calabre 1636) a enseigné la médecine et l’anatomie à Bologne (à partir de 1589), puis à Messine (à partir de 1598).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – Autres écrits : Consultations et mémorandums (ms BIU Santé  2007) : 16. Note 9

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=8146&cln=9

(Consulté le 05.04.2020)

Licence Creative Commons