À André Falconet, le 22 février 1656, note a.
Note [a]

Du Four (édition princeps, 1683), no lxiii (pages 201‑204), et Bulderen, no civ (tome i, pages 268‑270), à Charles Spon ; Reveillé-Parise, no ccccxli (tome iii, pages 57‑58), à André Falconet.

J’ai supprimé les trois premiers paragraphes car ils ont déjà été prélevés, presque mot pour mot, dans trois lettres à Spon, datées : du même jour (no 433, passage sur la femme de Lorraine qui eut trois fois la peste), du 13 juillet 1655 (no 406, sur les pilules de Francfort qui donnent les hémorroïdes) et du 26 mars 1655 (no 395, sur l’emploi du hareng dans la goutte). Bien qu’il s’agisse d’une lettre fabriquée, la fin m’a paru digne d’être conservée, malgré les incertitudes sur son authenticité, sa date et son destinataire. Mon attribution à Falconet tient au fait que la lettre manuscrite du même jour (no 433) est adressée à Spon.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 22 février 1656, note a.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0434&cln=a

(Consulté le 18/07/2024)

Licence Creative Commons