À Thomas Bartholin, le 29 novembre 1662
Note [5]

De Zoïle, grammairien grec d’Alexandrie au ive s. av. J.‑C., célèbre par son acharnement à blâmer Homère, a dérivé un substantif pour désigner les critiques envieux et méchants ; v. notes [1] des Pièces liminaires du Traité de la Conservation de santé, et [1], notule {d}, lettre 414, pour ce qu’en ont dit Martial et Galien.

Ces propos de Guy Patin sont réconfortants pour les éditeurs de ses lettres : nous voilà bien affranchis du remords d’indiscrétion qui pourrait nous tourmenter, car Patin ne voyait aucun mal, bien au contraire, à ce qu’on publiât sa correspondance. Quant au style, on ne peut qu’applaudir car sa plume perdait tout son sel quand il s’écartait parfois de la règle préconisée par Juste Lipse (v. supra note [3]).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Thomas Bartholin, le 29 novembre 1662. Note 5

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1254&cln=5

(Consulté le 12.06.2021)

Licence Creative Commons