1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

Appr�ciations sur Pierre Fauchard

Les d�buts de la cons�cration durant le dernier tiers du XIXe si�cle

Ce n�est r�ellement que dans le dernier tiers du XIXe si�cle que Pierre Fauchard va �tre reconnu progressivement comme le fondateur de l�odontologie. Plus que le contenu didactique de son ouvrage, ce sont surtout ses revendications pour une autonomie de la profession et la n�cessit� d�un enseignement sp�cialis� qui vont �tre retenues et mises en exergue, en 1865, par Trousseau, chirurgien-dentiste � Rennes. Rappelons que la loi de 1791 stipulait que tout citoyen fran�ais avait d�sormais le droit d�exercer tout n�goce, toutes professions, tous arts et m�tiers sans exception, � la seule condition pour lui de payer patente. Peu apr�s, lors de l�organisation de l�enseignement et de la pratique m�dicale, la dentisterie est oubli�e. � partir de la deuxi�me moiti� du XIXe si�cle, la disparit� entre les dentistes am�ricains d�une part, les m�decins dentistes et les nombreux dentistes non dipl�m�s d�autre part conduira � une r�organisation totale de la profession de chirurgien dentiste. Les �coles dentaires sont cr��es � partir de 1880 et le dipl�me en 1892.

Premi�re page de l�article Jean-Marie Trousseau (1811-1887), Pierre Fauchard. Chirurgien-Dentiste � Paris, ancien Chirurgien-Major des Arm�es navales"
L�Abeille, journal des dentistes 1865, n� 1-2 p. 4-8, 13-15 (BIU Sant� P 322)

Jean-Marie Trousseau (1811-1887)
Pierre Fauchard
Chirurgien-Dentiste
� Paris, ancien Chirurgien-Major
des Arm�es navales

(Premi�re page de l�article)

"Ce qu�il [Pierre Fauchard] disait sur l��tat de l�enseignement de la chirurgie dentaire, on peut le r�p�ter aujourd�hui mot pour mot, sans sortir d�une actualit� d�sesp�rante. Il est �trange, en effet qu�� plus d�un si�cle de distance, la question soit rest�e la m�me, et que nous la retrouvions � la fin de l�ann�e 1864 telle qu�il l�avait pos�e dans la premi�re �dition de son ouvrage en 1728, et telle qu�il la r�p�te dans la seconde en 1746. [�] Ses relations nombreuses avec les m�decins et les chirurgiens de son temps lui permirent d�agrandir le champ de ses investigations. [�] Si nous le jugeons d�apr�s ses �crits, nous trouverons qu�il avait le sentiment de sa propre valeur pour ne pas croire avec trop de confiance dans la sup�riorit� d�autrui, et pour dire notre pens�e sur un sujet aussi d�licat, nous croyons encore que la modestie v�ritable ne faisait pas pr�cis�ment le fonds de son caract�re".

 
Page de titre Louis Hyacinthe Thomas, "Le pass� de l�Odontologie"
Conf�rence faite � l�inauguration de l��cole libre de Paris, le 13 novembre 1880, Bulletin du Cercle des Dentistes de Paris, 1881. (BIU Sant� 50325 (9))

Louis Hyacinthe Thomas, Le pass� de l�Odontologie

"J�ai nomm� Pierre Fauchard, retenez bien ce nom, Messieurs, car c�est � lui que commence une nouvelle p�riode de l�histoire de votre art. Un individu sans grades universitaires, sans consid�ration, a pu, � force d��tudes et de m�thode attirer l�attention des savants sur une sp�cialit� presque oubli�e. Il a pu, � force d�honorabilit� et d�instruction, relever le niveau social d�une classe utile et int�ressante de praticiens ; ceci vaut la peine que vous conserviez son souvenir et que vous inscriviez son nom dans la premi�re page de vos Annales".

 

 

George Pierce Geist-Jacobi, Geschichte Zahnheilkunde vom jahre 3700 v. Chr. bis zur Gegenwart, T�bingen, Pietzcker, 1896.

Il rend � Pierre Fauchard l�honneur qui lui est d�, et fait allusion � l�insinuation malveillante de son compatriote, Johan Jakob Joseph Serre.