À Charles Spon, le 6 janvier 1654

Note [44]

Guy Patin ne voulait pas le croire, mais depuis longtemps, nul ne conteste plus l’attribution des deux livres du Mars Gallicus [Mars Français] à Jansenius. {a} Sainte-Beuve (Port-Royal, livre ii, chapitre x ; tome i, page 573) précise même que :

« Jansenius, qui avait dû à son pamphlet du Mars Gallicus, en faveur de l’Espagne, l’évêché d’Ypres, {b} ne le posséda pas longtemps. Dans les dix-huit mois qu’il y vécut, il se montra plein de zèle et de charité, vaquant en secret à la confection de son Augustinus sans que cela le détournât en réalité des devoirs de sa charge. » {c}


  1. Paru en 1635 et 1636, sous le pseudonyme d’Alexander Patricius Armacanus, v. note [7], lettre 96.

    Ce violent pamphlet visait à sauvegarder l’intégrité des Pays-Bas espagnols et catholiques contre l’alliance politique que la France très-chrétienne de Louis xiii et Richelieu avait conclue avec les Provinces-Unies protestantes. Le cardinal en fut gravement offensé.

  2. En 1636 ; v. note [14] du Naudæana 4, pour les avis de Gabriel Naudé et Pierre Bayle sur le sujet.

  3. Jansenius mourut de la peste en mai 1638.


Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 6 janvier 1654, note 44.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0336&cln=44

(Consulté le 24/05/2024)

Licence Creative Commons "Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron." est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.