À Charles Spon, le 28 octobre 1663

Note [11]

L’affaire des gardes corses (v. note [1], lettre 735) était encore en pleine ébullition. À titre de représailles, Avignon et le Comtat avaient été annexés par la France le 23 juillet (v. note [9], lettre 735). On pouvait donc encore redouter une déclaration de guerre. V. note [4], lettre latine 241, pour les pourparlers alors en cours


Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 28 octobre 1663, note 11.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0759&cln=11

(Consulté le 31/03/2023)

Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.