À André Falconet, le 24 octobre 1662
Note [1]

Ces deux Chigi, neveux du pape Alexandre vii (Fabio Chigi), étaient Flavio (Sienne 1630-Rome 1693), cardinal depuis 1657, et son cousin Sigismondo (Rome 1649-ibid. 1678), alors grand prieur de l’Ordre de Malte, avant de devenir à son tour cardinal en 1667 (à 18 ans, sans même avoir encore reçu les ordres mineurs).

Flavio était légat en Avignon depuis 1657. Il allait assurer le même office en France du 24 mars au 8 novembre 1664, avec la délicate mission de résoudre le grave différend qui venait alors de s’allumer entre Rome et Paris : le 20 août 1662 à Rome, une rixe entre les domestiques du duc de Créqui, ambassadeur de France, et les gardes corses pontificaux s’était conclue par la mort d’un page. Les relations diplomatiques furent brutalement rompues entre Paris et le Saint-Siège (v. note [2], lettre latine 208). Les négociations n’aboutissant à rien, le parlement de Provence décida, en juillet 1663, la saisie du Comtat-Venaissin (v. note [10], lettre 601). Cette enclave papale fut occupée et en outre, Louis xiv fit mine d’envoyer des troupes en Italie. De son côté, Alexandre vii s’efforça de susciter une sainte ligue antifrançaise. Habilement, Louis xiv insinua au roi d’Espagne qu’il était prêt à accepter son intervention en sa faveur ; ainsi, le pape se trouva isolé et amené à céder après d’interminables pourparlers (v. note [4], lettre latine 241). Par le traité de Pise (22 février 1664, v. note [1], lettre 772), il accepta, contre la restitution du Comtat, de dissoudre sa garde corse, d’envoyer le cardinal Flavio Chigi à Fontainebleau pour présenter des excuses, ce qui fut fait le 29 juillet 1664, et de faire élever à Rome une pyramide commémorant l’événement (R. et S. Pillorget).

Cette affaire préoccupait toute l’Europe et Guy Patin en a fort souvent parlé à ses correspondants.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 24 octobre 1662. Note 1

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0735&cln=1

(Consulté le 30.11.2022)

Licence Creative Commons