L. 42.  >
À Claude II Belin,
le 20 août 1638

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Je vous envoie les deux livres que je vous ai promis à votre partement[1][2] Monsieur votre petit frère [3] a été ici rudement attaqué d’une fièvre continue, [4] laquelle lui a un peu donné de relâche depuis. Si cette rémission persévère, il espère de s’en aller bientôt à Troyes, [5] y prendre l’air. [2] Regardez si votre herbier est intitulé Observationes stirpium, car le mien est intitulé Stirpium adversaria nova ; [6][7] et si cela est, nous biguerons pour ce que vous voudrez le vôtre. [3] Le roi [8] arriva hier à Saint-Germain. [9] Son Éminence [10] est demeurée sur la frontière, d’où l’armée a été dépêchée de nouveau en bon ordre pour un nouveau siège de place, mais on ne la nomme pas encore. [4][11] Nous espérons l’accouchement de la reine [12] vers le commencement de septembre. Dieu vous veuille bien délivrer des loyolites [13] et vous tenir en bonne santé, vous et Madame votre femme, à laquelle je baise très humblement les mains, pour être toute ma vie, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur.

Patin.

De Paris, ce 20e d’août 1638.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 20 août 1638

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0042

(Consulté le 23.02.2020)