L. 555.  >
À Claude II Belin,
le 7 février 1659

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

De Paris, ce 7e de février 1659.

Monsieur, [a][1]

Je suis bien aise d’avoir eu des nouvelles de votre santé, mais j’ai regret à la mort de feu Monsieur votre frère. [2][3]

Omnia transibunt, nos ibimus, ibitis, ibunt,
Ignari, gnari, conditione pari
[1]

Pour le Tribunal Medicum[4] je l’ai céans. C’est un Espagnol morgant et barbare eo solo laudandus quod amet Hippocratem[2] mais son langage me dégoûte, et sa pratique arabesque. [5] Je l’ai acheté 6 livres en blanc. Le Chronicum ostentorum per Lycosthenem [6] est un livre chétif et menteur, mais curieux ; c’est un livre d’humanités et n’en avez que faire. [3] Le roi [7] et toute la cour sont ici. Son Éminence [8] est en colère contre le comte d’Harcourt [9] pour quelques paroles qui lui ont été reportées. L’évêque de Bayeux est mort, [10][11] il était frère de M. de Servien, [12] surintendant des finances. [4] Il est allé marquer les logis en l’autre monde, où l’on ne voit plus goutte, pour ce cher frère que l’on dit qu’il mourra bientôt. [5] On dit ici que le roi de Suède [13] a déclaré la guerre aux Hollandais et que les Anglais, pour s’obliger de faire l’été prochain la guerre en Flandres [14] avec nous aux Espagnols, nous demandent trois villes d’assurance, savoir Le Havre-de-Grâce, Calais et Gravelines[15][16][17] N’êtes-vous point d’avis qu’on leur donne ? j’aimerais bien mieux une bonne paix par le mariage du roi avec l’infante d’Espagne, [18] ce nous serait une reine de paix, [19] fiat, fiat[6] Nous attendons ici de Hollande le nouveau Eusebius Scaligeri[20] Il en est venu depuis huit jours un Primerosius [21] de Febribus in‑4o qui ne vaut pas le Sennertus[7][22] Nous aurons ici bientôt le deuxième tome des Lettres de M. Costar [23] dédié à M. de Lamoignon, premier président[24] et une nouvelle édition du Lucrèce de M. de Marolles, [25] qui sera gros et fort augmenté, dédié au même. J’ai céans le Gassendi[26] en six volumes in‑fo. Il viendra bientôt de Genève un fort bon livre, combien que huguenot, [27] savoir un recueil de thèses latines de théologie de quatre ministres, qui seront P. Du Moulin, [28] Rambour, [29] Cappel [30] et Beaulieu, [31] in‑4o[8] On imprime en Italie un beau Cornel. Celsus [32] in‑4o fort corrigé, avec beaucoup de notes critiques faites par Io. Rhodius [33] Danus[9] qui en a fureté toutes les bibliothèques d’Italie.

On imprime en Angleterre une Bible latine diversorum [10][34] en sept volumes in‑fo, dont tous les commentaires ne seront tirés que des écrivains et auteurs protestants. J’attends de Hollande Historia medica et naturalis Indiæ, Brasiliæ, etc[11][35] Le P. Briet [36] s’en va faire imprimer son Asie et par après, l’Afrique et l’Amérique[37] en trois tomes in‑4o, comme il nous a donné son Europe ; il est bon et savant homme, sed eius opera sunt centones Loyolitici[12] M. le maréchal de Turenne [38] est ici. Je vous baise les mains, et à Monsieur votre fils, et suis, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur,

Guy Patin

Huit vaisseaux hollandais chargés de marchandises sont péris sur mer par les vents et la tempête. [39] Voilà une grande perte dont je suis bien marri, il y avait aussi des livres, et même il y en avait un petit paquet pour moi ; mais je voudrais bien qu’il n’y eût que cela de perdu, personne n’en ferait banqueroute. Entre autres, il y avait un in‑4o latin de Samuel Maresius, [40] intitulé Ioanna Papissa restituta[13][41]

Ce 8e de février 1659.

Je baise les mains à MM. de Courberon, Allen, Sorel, Maillet et Barat, et à Madame votre femme.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 7 février 1659

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0555

(Consulté le 19.10.2019)