L. 629.  >
À André Falconet,
le 17 août 1660

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Je vous ai mandé par ci-devant comment Noël Falconet [2] a fort bien répondu, et comment M. l’archevêque [3] et M. l’évêque de Chartres [4][5][6][7] y ont assisté. [1] Il a témoigné beaucoup d’esprit et beaucoup de jugement. Cela me fait espérer qu’il sera un jour très bon médecin et digne fils de son digne père : Virtus filii gloria patris. Damnata fuit laqueo infelix obstetrix et suffocata [2][8][9][10] en belle compagnie à la Croix du Trahoir. [11][12] On dit que l’entrée du roi [13] se fera le jeudi 26e d’août. On nous a rendu la planche de la thèse, je l’ai céans. Pour l’impression, le papier, pour le tireur en taille-douce, pour le doreur, pour l’afficheur, pour les droits du portier, pour le tapissier, etc., j’ai délivré à l’imprimeur nommé Julien, [3][14] en présence et du consentement de M. Le Sanier, [15] la somme de 135 livressols, dont j’ai céans les parties signées dudit Julien et de M. Le Sanier, lesquelles je suis prêt de vous envoyer. Pro διδακτρον domini præceptoris[4] je suis d’avis de l’aller voir demain avec Noël Falconet et lui donner de votre part 10 louis d’or. Je crois qu’on doit encore quelque chose au répétiteur, je verrai ce que M. Le Sanier m’en dira, et re cognita illi homini faciam satis[5] Le cardinal Mazarin [16] se trouva hier mal, il fallut le recoucher et il fut saigné ; [17] eius est videre ne proximus Autumnus infirmam et pertinacem valetudinem fortiter tentet, de quo viderint tanti et tot Æsculapii[6] Lundi prochain, Noël Falconet commencera d’étudier en médecine. Je suis d’avis qu’il commence par le Compendium de M. Riolan [18] le père, qui est au-devant de ses œuvres, avec l’Encheiridium du fils in‑8o[19] un Perdulcis[20] un Fernel[21] Anthropographia Riolani in‑fo[22] Hollerius in Aphorismos Hippocratis in‑8o[23] Institutiones Medicæ Hofmanni[24] Riolanus pater in Fernelii libros physiologicos et de abditis rerum causis, cum aliis paucis ; [7] en voilà assez pour bien commencer. Il m’a promis d’avoir un cahier de médecine dans lequel il écrira tous les jours quelque chose, et moi je lui ai promis de bonne foi de lui fournir ce que je sais de meilleur. S’il me veut croire, il sera bien savant dans un an.

Ce lundi 16e d’août. Ce matin, j’ai été voir M. Le Sanier auquel j’ai délivré, en présence de Noël Falconet, 10 louis d’or, dont il m’a promis de vous écrire pour vous remercier.

Ce mardi 17e d’août. Un honnête homme des premiers de sa robe m’a dit aujourd’hui que dans peu de temps nous aurons de bonnes nouvelles. Quelques-uns croient que c’est qu’on parle du cardinal de Retz. [25] Bien que le cardinal Mazarin se porte mieux, on ne laisse pas de songer qui serait celui qui pourra attraper sa place. On parle fort de quatre, savoir M. le maréchal de Villeroy, [26] M. Le Tellier, [27] M. Fouquet, [28] surintendant des finances, et le seigneur Ondedei, évêque de Fréjus. [29] J’aimerais mieux le cardinal de Retz que tout cela, mais je n’en serai pas cru, neque res istæc mei futura est arbitrii ; [8] aussi les jésuites [30] s’opposent-ils à ce dernier plus qu’à pas un, et s’il n’a un très fort et très puissant archange qui puisse renverser toute cette noire légion, j’entends cette forte machine qui étend ses bras jusqu’à la Chine[9][31] je ne pense pas qu’il puisse parvenir. Néanmoins, Dieu est sur tout, qui se sert de telles gens qu’il veut pour le gouvernement des états. Job [32] a dit en quelque endroit Propter peccata populorum Deus sinit regnare tyranum[10][33] et je me souviens d’avoir vu un Hollandais qui disait in sensu non admodum dispari[11] et même portait pour sa devise Sapientia Dei et stultitia hominum gubernant mundum[12] Ce qui est de bon est que nous avons un très bon roi qui a d’excellentes inclinations ; plaise à Dieu qu’on ne les lui corrompe pas ! J’ai donné 18 francs au répétiteur suivant le conseil de M. Le Sanier. Je vous baise très humblement les mains, à Mlle Falconet et à notre bon ami M. Spon, et suis de tout mon cœur votre, etc.

De Paris ce 17e d’août 1660.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 17 août 1660

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0629

(Consulté le 14.10.2019)