L. 705.  >
À André Falconet,
le 5 juillet 1661

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Je vous dépêchai hier deux pages de nos chétives nouvelles. [1] Aujourd’hui, j’apprends qu’il y a dans le Châtelet [2] prisonnier un prêtre [3] de 35 ans accusé et convaincu d’avoir débauché une jeune femme veuve, et lui avoir fait trois enfants qui sont morts, [4] mais elle est grosse du quatrième. [2] Il était son confesseur et directeur de conscience, ce qui aggrave fort le fait. Elle est aussi prisonnière dans un monastère, d’où elle a aussi été menée au Châtelet pour lui être confrontée. Elle niait tout mais elle a enfin tout avoué, voyant que le galant avait tout confessé. Voilà des fruits du célibat [5] et de la faculté générative des prêtres. On dit qu’ils avaient délibéré de s’en aller tous deux à Genève [6] et de s’y faire huguenots, [7] après qu’elle aurait accouché et qu’elle aurait vendu tout son bien. Voilà comment ce bizarre et fantasque animal qu’on appelle homme se joue de la religion et s’en sert à son plaisir ou à son profit. Vous savez ce que dit là-dessus Virgile, [8] Sua cuique deus sit dira libido ? [3] M. l’archevêque de Sens [9][10] est fort bien en cour, il est venu voir le roi [11] qui l’a fort bien reçu et quoiqu’il ait été jusqu’ici mal avec les jésuites, ils ne laissent pas de le servir ; [4] mais vous les connaissez, il ne faut pas trop s’y fier. Je suis, etc.

De Paris, ce 5e de juillet 1661.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 5 juillet 1661

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0705

(Consulté le 21.10.2019)