L. 878.  >
À Charles Spon,
le 1er octobre 1666

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

Monsieur, [a][1]

Je connais bien ces Aphorismes [2] d’Olivier Popardus, [3] médecin de La Rochelle, [4] dont vous me parlez, mais je ne sais rien de l’auteur. [1] Pour ce Rodolphe Le Maître, [5] je l’ai vu et connu, c’était un homme d’une humeur fort douce, natif de Tonnerre [6] en Champagne. Il est mort, médecin de Gaston feu duc d’Orléans, [7] environ l’an 1630. [2] Il avait un frère nommé Paul Le Maître, qui avait été bien plus habile. Après ce Rodolphe, votre M. Delorme [8] fut médecin du duc d’Orléans, mais il n’y demeura guère. M. Brunier [9] lui succéda, qui est mort à Paris depuis peu, âgé de 92 ans. C’est beaucoup vivre pour un homme qui a autant bu de vin que lui. Nous n’avons pas eu d’autre médecin de notre Faculté qui portât ce nom de Le Maître depuis 300 ans, mais il y a eu un premier président Le Maître [10][11] au Parlement de Paris du temps d’Henri ii et de Fernel. [12] M. le président Le Maître [13] de la quatrième Chambre des enquêtes en est descendu. [3] Je suis, etc.

De Paris, ce 1er octobre 1666.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 1er octobre 1666

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0878

(Consulté le 07.04.2020)