L. latine 213.  >
À Reiner von Neuhaus,
le 10 octobre 1662

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

[Ms BIU Santé 2007, fo 115 ro | LAT | IMG]

Au très distingué Reiner von Neuhaus, jurisconsulte à Alkmaar.

Très distingué Monsieur, [a][1]

Je vous écris pour que vous n’alliez pas croire que je vous ai oublié et pour vous remercier de votre poème reçu pour la nouvelle édition du Fulvio Orsini de Familiis Romanis[1][2][3] Si je ne vous ai pas répondu plus tôt, ce n’a pas été par offense d’un esprit ingrat ; loin de moi un tel crime ! J’attendais de jour en jour la fin de l’impression, qui est enfin achevée. Vous en recevrez un exemplaire, avec le Quinte-Curce dans la version toute nouvelle et très estimée qu’en a donnée M. de Vaugelas, très célèbre et très docte traducteur. [2][4][5] D’autres se sont autrefois attelés au même ouvrage, mais lui seul a ravi la palme à tous ceux-là. Je vous prie d’accepter ces deux livres avec reconnaissance. Si vous désirez autre chose venant de notre France, faites-le-moi savoir, je suis disposé à vous l’envoyer aussitôt qu’une occasion commode s’en sera présentée. J’espère que vous recevrez bientôt ce premier paquet que nous vous envoyons par notre grand ami, le très distingué M. Johannes Antonides Vander Linden, [6] docteur et professeur de médecine à l’Université de Leyde. Dans ce livre de Fulvio Orsini, vous trouverez aussi une lettre de mon Carolus, pour vous remercier de votre épigramme[3] Le roi en personne l’a lue et s’est enquis de vous, [7] demandant si vous étiez français ; à quoi mon fils a répondu que vous étiez hollandais, très savant jurisconsulte et fort mon ami.

[Ms BIU Santé 2007, fo 115 vo | LAT | IMG]

Recevez favorablement, je vous prie, une réponse que je n’ai pas préméditée et in arena capto ; [4][8] acceptez-la avec bienveillance, et trouvez-la bonne. Quand d’autres centuries de vos Epistolæ paraîtront-elles ? Je n’en ai ici que cinq en ma possession. [5] Notre différend avec le Jupiter capitolin [9] s’embrase de jour en jour : l’histoire du combat qui s’est engagé nous montre clairement que ce pape n’est pas infaillibile ; [10] je redoute même beaucoup que le saint esprit des canonistes italiens (espèce d’hommes qui dirige la troupe des flatteurs et des parasites pontificaux dans la ville de Rome) ne soit mal logé dans la tête d’Alexandre vii, qu’on appelle vulgairement le pape. J’ignore pourtant ce qu’il adviendra de cette affaire, tout en sachant parfaitement que notre roi très-chrétien et tout-puissant, extrêmement irrité, pense à entrer en guerre et s’ouvrira ou se trouvera un chemin pour envahir l’Italie, à moins que le pape ne s’incline et n’apaise la colère royale. [11] Beaucoup de moines, [12] surtout des jésuites, [13] par les divers autres artifices qui les font plus puissants que le commun des mortels, se sont appliqués à caresser et à adoucir le roi, mais il n’a pas voulu les écouter et les a écartés loin de lui ; tout comme l’ambassadeur de Venise, sur la même affaire, qu’il a immédiatement éconduit et à qui il a ordonné de se taire. [6][14] Deus ipse viderit[7][15] Portez-vous bien, très éminent Monsieur, et continuez dorénavant à nous aimer, nous qui vénérons très humblement votre renom et votre famille ; et en tout premier celui qui est en toute franchise votre Guy Patin.

De Paris, le 10e d’octobre 1662.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Reiner von Neuhaus, le 10 octobre 1662

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1246

(Consulté le 23.10.2019)