L. latine 246.  >
À Adolf Vorst,
le 24 mai 1663

Codes couleur
Citer cette lettre
Imprimer cette lettre
Imprimer cette lettre avec ses notes

 

[Ms BIU Santé 2007, fo 147 ro | LAT | IMG]

Au très distingué Adolf Vorst, docteur et professeur de médecine à Leyde.

Très distingué Monsieur, [a][1]

Je vous écris ce peu de mots pour vous dire que je suis en vie et me porte bien, me souvenant de vous et demeurant entièrement à votre service. Nous attendons ici de jour à autre le Cardan complet, de la nouvelle édition de Lyon, en 10 tomes in‑fo[2] et le Sam. Bochartus de Animantibus sacræ Scripturæ[3] que suivra de peu le Diogenes Laertius de Vitis philosophorum, avec les commentaires de divers auteurs. [1][4] Si vous en désirez, voici des nouvelles de nos affaires. La reine mère souffre encore de double tierce ; [5][6] pour l’en débarrasser, un certain médicastre aulique, du nom de François Guénault, [7] a voulu lui faire boire du vin d’antimoine, [8] qu’on appelle communément émétique (on ferait mieux de dire énétique, étant donné les milliers d’hommes qu’il a tués et massacrés), mais elle a prudemment refusé, [9] répondant comme le rusé renard au lion malade : « Pour chasser ma fièvre, abstenez-vous de votre vin indéniablement empoisonné, dont tant de gens ont même tout récemment péri, nam me vestigia terrent ; [2][10] je ne veux pas devoir ma guérison à un poison, etc. » Aujourd’hui, les paroxysmes sont plus doux et j’espère qu’elle se rétablira sans ce venin chimique. Fouquet, [11] jadis notre surintendant des finances, [Ms BIU Santé 2007, fo 147 vo | LAT | IMG] est encore aux fers, avec trois trésoriers royaux et d’autres pilleurs, concussionnaires, partisans ; mais qu’adviendra-t-il de ces minables individus, fraterculi gigantum [3][12] et sangsues du peuple français ? C’est un mystère, que je pense nul ne connaît, hormis le roi lui-même. [13] Son épouse, notre jeune reine Marie-Thérèse, [14] a souffert de la rougeole, [15] par inflammation bilieuse du sang ; [16] elle en a heureusement guéri après trois saignées. [4][17] Notre différend avec le pape n’a pas encore pu être résolu. [18][19] Portez-vous bien et aimez-moi.

De Paris, ce 24e de mai 1663.

Votre Guy Patin de tout cœur.


Écrire à l'éditeur
Licence Creative Commons "Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron" est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.
Une réalisation
de la BIU Santé
×
     [1] [2]   Appel de note
    [a] [b]   Sources de la lettre
    [1] [2]   Entrée d'index
    Gouverneur   Entrée de glossaire

× Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Adolf Vorst, le 24 mai 1663

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1279

(Consulté le 24.10.2019)