À Charles Spon, le 17 août 1643
Note [1]

Marans (Charente-Maritime) est une ville du Pays d’Aunis, au milieu du Marais poitevin, à 20 kilomètres au nord-est de La Rochelle. C’était un port maritime sur une île que des digues, construites du temps de Henri iv, avaient rattachée au continent. V. note [2], lettre 86, pour Pierre Chanet et son livre sur la Sagesse de Charron. Il s’apprêtait à abjurer le protestantisme pour le catholicisme.

Guy Patin devait être un de Ceux dont Chanet parlait au début de son avis Aux lecteurs :

« Ceux à qui j’ai communiqué cet ouvrage m’en ont toujours promis de si petites louanges que je serai satisfait de les ouïr donner à tout autre. Aussi bien n’écris-je pas pour acquérir de la réputation ni pour me faire connaître, mais seulement pour donner à quelque autre la curiosité de bien étudier ces matières et les expliquer avec plus de soin qu’elles n’ont été jusqu’à présent. Ainsi, il ne faut point s’étonner si le peu d’honneur qu’on m’a fait espérer de ce livre ne m’a pas empêché de le faire imprimer. Et je l’eusse fait il y a plus de six ans {a} si mes amis me l’eussent voulu permettre, s’ils ne m’eussent dit que ceux qui ne me connaissaient pas m’accuseraient de vanité ou de malice ; que quelques-uns ne prendraient ceci que pour un attentat fait à la réputation de Charon ; que ceux mêmes qui me connaissaient trouveraient étrange qu’un homme de mon âge entreprît au sortir de l’École de dire son avis des sentiments d’un auteur qui est mort {b} plusieurs années devant que je fusse né et qui se peut vanter qu’en sortant de ce monde, il y a laissé beaucoup d’honnêtes gens qui sont admirateurs de ses écrits et partisans de sa doctrine. Cet avertissement supprima ce livre et en fit mourir pour quelque temps le dessein. Enfin, je me suis imaginé que, pourvu qu’on n’en connût point l’auteur, il pourrait plaire à quelques-uns et qu’il y avait trop de sortes d’esprits au monde pour n’y rencontrer pas des approbateurs. »


  1. Avant 1637.

  2. En 1603.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 17 août 1643. Note 1

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0091&cln=1

(Consulté le 06.10.2022)

Licence Creative Commons