À Charles Spon, le 16 avril 1645
Note [1]

« On dit proverbialement qu’un homme parle phébus lorsqu’en affectant de parler en termes magnifiques, il tombe dans le galimatias et l’obscurité » (Furetière).

Le proverbe vient de Gaston iii comte de Foix (1331-1391), dit Phébus (Phœbus ou Fébus, autre nom d’Apollon, dieu du Jour, v. note [8], lettre 997), soit à cause de sa blonde chevelure, soit parce qu’il avait mis un soleil dans ses armes, soit même à cause de sa beauté. Passionné pour la chasse, Gaston a laissé un monument de son savoir en vénerie, le Miroir de Phœbus, des déduicts [plaisirs] de la chasse des bêtes sauvages et des oiseaux de proie, traité mêlant prose et vers dont le style emphatique et embrouillé a donné naissance à l’expression que Guy Patin employait ici, en y assimilant le style ampoulé et boursouflé de Jean-Louis Guez de Balzac.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 avril 1645. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0121&cln=1

(Consulté le 15.10.2019)

Licence Creative Commons