À Nicolas Belin, le 9 mars 1647, note 1.
Note [1]

Francisco Valterio, archiatrωn comiti, Guillelmus Verus ευπραττειν [Guillaume Verus {a} qui veut du bien à François Vautier, comte des archiatres] {b} (sans lieu ni nom, 1er février 1647, in‑4o) est un libelle pseudonyme de 23 pages contre le livre de Robert Lyonnet « sur les maladies héréditaires ». {c}


  1. Charles Guillemeau.

  2. Premier médecin du roi, v. note [18], lettre 164.

  3. V. note [1], lettre 141.

Charles i Bouvard y est accusé de s’être servi de la plume de Lyonnet pour s’affranchir de toute responsabilité dans la mort de Louis xiii, dont il était le premier médecin, comme on lit à la page 21 du pamphlet :

Tu, Vir præstantissime, Regis extremis morbis, ex quibus etiam inter mortales desiit, non mediocrem operam navasti. Sed audivi ex proborum virorum relatione, non semel Regem protulisse, suam mortem auctori Buvardo imputandam.

[Vous, très éminent Monsieur, ne vous êtes pas peu empressé dans les dernières maladies du roi, dont quand même il mourut ; mais j’ai entendu d’honnêtes gens relater que le roi a plus d’une fois déclaré que sa mort devait être imputée à Bouvard].

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Nicolas Belin, le 9 mars 1647, note 1.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0142&cln=1

(Consulté le 21/05/2024)

Licence Creative Commons