À André Falconet, le 10 novembre 1668
Note [1]

Ce nouveau coup de griffe contre les antimoniaux était plus poignant qu’honnête : nul ne contestait plus alors leur victoire ; la Faculté avait admis l’antimoine et n’y revint plus ; la mort (mise en plomb, v. note [5], lettre 77) de ses adversaires ne rendait pas Guy Patin plus sage. Ici se situe la jonction des deux lettres qu’on a réunies.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 10 novembre 1668. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0947&cln=1

(Consulté le 30.10.2020)

Licence Creative Commons