À André Falconet, le 18 décembre 1669
Note [1]

Mortalité est à prendre ici au sens d’épidémie : « Ainsi, lorsque selon le langage ordinaire, nous nous servons de l’expression de fièvre maligne, nous entendons une fièvre qui n’est pas salutaire, parce qu’elle ne peut pas vaincre la cause de la maladie. Alors, cette cause et ses effets sont fort redoutables, surtout dans les fièvres continues, épidémiques, où l’art ne peut suppléer à la nature pour expulser une cause pernicieuse qui n’a pas d’affinité avec les excrétoires. C’est pourquoi on peut regarder dans ce cas une maladie comme maligne, par la seule raison que la nature ne peut pas se délivrer de cette cause par la fièvre, ou par des éruptions extérieures, avant qu’elle fasse périr le malade. […] Les fièvres épidémiques érésipélateuses, malignes, pétéchiales, pourprées, qui produisent la corruption des humeurs, en changeant la nature des esprits et en opprimant le cerveau, causent assez communément des affections comateuses accompagnées de péril. Leur méthode curative demande souvent la saignée, les lavements réfrigérants ou purgatifs, les vésicatoires [v. note [39], lettre 246] appliqués à la nuque du cou, les antiphlogistiques internes légèrement astringents, etc. » (le Chevalier de Jaucourt, L’Encyclopédie).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À André Falconet, le 18 décembre 1669. Note 1

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0973&cln=1

(Consulté le 27.05.2020)

Licence Creative Commons