À Claude II Belin, le 4 novembre 1631
Note [10]

Claude Charles (1576-21 juin 1631) avait été reçu docteur régent de la Faculté de médecine de Paris en décembre 1606. Médecin de Richelieu, il avait été doyen de novembre 1610 à novembre 1612. Durant ces deux années, il avait eu à soutenir la Faculté contre Jean Héroard, premier médecin du dauphin (futur Louis xiii) et docteur de Montpellier, qui souhaitait réunir l’exercice de la médecine et de la pharmacie, et même recevoir chirurgiens et apothicaires au sein de la Faculté de médecine. Pour chasser les empiriques de Paris, Charles avait obtenu une ordonnance royale qui obligeait les médecins à signer et dater leurs prescriptions.

Il avait épousé Geneviève Piètre, fille de Simon ii Piètre, le Grand Piètre (v. note [5], lettre 15), qui se démit de sa chaire royale de médecine (ou de chirurgie, selon les sources) en faveur de son gendre (1607) ; Charles la résigna à son tour en 1624, en faveur d’Henri ii Blacvod (v. note [29], lettre 390). Hormis ses thèses, Claude Charles n’a laissé qu’un ouvrage manuscrit (ms BnF no Fr 6352) intitulé De Lue venera [La Maladie vénérienne] (Triaire).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 4 novembre 1631. Note 10

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0007&cln=10

(Consulté le 21.10.2020)

Licence Creative Commons