À Charles Spon, le 16 novembre 1643
Note [10]

« puisqu’il convient à l’homme de bien de ménager sa réputation, qu’il ne doit négliger à aucun prix » (pensée inspirée de saint Augustin, v. note [38], lettre 514).

Il s’agit de l’épître dédicatoire de la Medicina pauperum… de Johann Prevost (v. note [11], lettre 81). Le privilège est daté du 17 août 1643 ; il n’y a pas d’achevé d’imprimer. L’épître (non datée) de Pierre Ravaud, Tuæ claritud. studiosissimus cultor [Adorateur très assidu de votre distinction] est adressée clarissimo viro D. Guidoni Patino, doctori medico Parisiensi, longe florentissimo, ac plurimum honorando [à Guy Patin, homme très brillant, docteur en médecine de Paris, de loin le plus étincelant et le plus honorable]. Le libraire y remercie nommément Charles Spon de lui avoir fait connaître un médecin aussi éminent que Patin. L’abus des superlatifs louangeurs semblait mettre Patin mal à l’aise, mais il se résignait à n’avoir pas eu son mot à dire.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 16 novembre 1643. Note 10

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0097&cln=10

(Consulté le 11.07.2020)

Licence Creative Commons