À Charles Spon, le 22 août 1645
Note [10]

Michel Le Faucheur (Genève vers la fin du xvie s.-Paris 1er avril 1657) avait fait preuve d’un grand talent oratoire dès son premier ministère pastoral à l’Église d’Annonay (Ardèche). En 1612, il avait été appelé au synode national de Privas, puis été nommé pasteur de l’Église de Montpellier. Il fut chargé en 1625, avec deux de ses coreligionnaires, d’aller apaiser les protestants de Nîmes et de leur recommander la fidélité au roi. Ayant refusé une chaire à l’Académie de Lausanne et une place de pasteur à Genève, il était venu s’établir en 1634 à Charenton où il demeura jusqu’à sa mort (G.D.U. xixe s.). Le Faucheur est, entre autres, l’auteur du Sermon sur ces mots de l’Évangile selon saint Jean, chapitre 6, verset 56, « Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi et moi en lui », prononcé en l’Église de Charenton le jour de Pâques 1632… (Charenton, P. Auvray, 1632) et du Traité de la Cène du Seigneur, avec la réfutation des oppositions du cardinal Duperron, et autres… (Genève, sans nom, 1635, in‑fo).

Edme Aubertin (Châlons-sur-Marne 1595-Paris 1652) était ministre de Charenton depuis 1631. Celui de ses livres que Guy Patin signalait ici est L’Eucharistie de l’ancienne Église, ou traité, auquel il est montré quelle a été, durant les six premiers siècles depuis l’institution de l’Eucharistie, la créance de l’Église touchant ce sacrement… (Genève, PierreAubert, 1633, in‑fo) (Triaire et Jestaz).

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 22 août 1645. Note 10

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0125&cln=10

(Consulté le 23.11.2019)

Licence Creative Commons