À Claude II Belin, le 26 décembre 1640
Note [11]

« je connais cet homme ».

Jean Ballesdens (Guy Patin écrivait Balesden, 1596-1675) était secrétaire du Chancelier Séguier et dut à sa position d’être reçu en 1648 membre de l’Académie française, à la place de Claude de Malleville. Deux ans auparavant, il avait d’ailleurs eu le bon esprit de s’effacer devant Pierre Corneille. Ballesdens a peu écrit et s’est presque entièrement borné à donner des éditions de divers auteurs, avec quelques notes. Il a édité notamment les écrits de Savonarole (v. première notule {a}, note [36] du Naudæana 2), les Épîtres de sainte Catherine de Sienne, un Miroir du pécheur pénitent, et traduit les Fables d’Ésope (G.D.U. xixe s. et Triaire). Quoique Patin pensât « qu’il n’était capable de rien de pareil », il venait alors de publier les :

Divi Georgii Florentis Gregorii episcopi Turonici Operum piorum :

  • tomus i
    De gloria Martyrum et Confessorum, libri iii ;
  • tomus ii
    De Miraculis S. Martini Archiepiscopi Turonensis, Libri quatuor.
    De Vitis Patrum, Liber unus.
    De Septem Dormientibus in majori Monasterio propre Turonum, Liber unus.

Diligenti opera et fide veterum Codicum exscripti, emendati et aucti. Labore et industria I.B. in Senat. Paris. et Regia Advoc.

[Pieuses œuvres de saint Georgius Florens Gregorius, évêque de Tours : {a}

  • tome i
    trois livres des martyrs et de ceux qui ont avoué leur foi ; {b}
  • tome ii
    quatre livres sur les miracles de saint Martin, archevêque de Tours,
    un livre sur les vies des Pères,
    un livre sur les sept dormants dans un très grand monastère proche de Tours. {c}

Transcrits, corrigés et augmentés par un diligent travail et sur la foi d’anciens manuscrits, par la recherche et le travail de J.B., avocat au Parlement de Paris et à la Cour royale]. {d}


  1. Grégoire de Tours (Riom vers 538-Tours vers 594), évêque de Tours en 573, saint de l’Église catholique, a écrit un assez grand nombre d’ouvrages biographiques, mais sa gloire d’historien lui est venue de son Historia Francorum [Histoire des Francs] en 10 livres qui est une source précieuse et originale pour l’histoire de l’ancienne Gaule.

  2. Paris, Jacobus Dugast, 1640, in‑12 de 567 pages.

  3. Tombeaux rupestres de la chapelle Notre-Dame-des-Sept-Dormants, à l’abbaye de Marmoutier.

  4. ibid. et id. 1640, in‑12 de 1 108 pages.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 26 décembre 1640. Note 11

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0052&cln=11

(Consulté le 06.12.2022)

Licence Creative Commons