À Claude II Belin, le 5 décembre 1641
Note [11]

« Parmi les sortes d’hydromel qui peuvent supporter de vieillir, le plus connu est cette boisson qu’on nomme vulgairement medo, et dont le plus excellent est préparé en Lituanie [v. note [8], lettre 384]. Ils prennent une part de miel et huit parts d’eau, ou même plus, etc. Pour en favoriser la fermentation et en ménager l’ardeur, certains y suspendent de la graine de moutarde dans un pot ou dans un petit sac, d’autres ajoutent de la lie de cervoise, et pour qu’elle dure plus longtemps, ils y adjoignent des fleurs de houblon de saule, etc. » (pages 785‑786 du Sennertus).

On donnait aussi le nom d’hydromel à l’eau miellée, c’est-à-dire simplement mêlée de miel, sans fermentation, qui servait de boisson aux malades. L’apomel (v. note [24], chapitre iii du Traité de la conservation de santé) en était très voisin.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 5 décembre 1641. Note 11

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0063&cln=11

(Consulté le 16.04.2021)

Licence Creative Commons