À Charles Spon, le 3 décembre 1649
Note [11]

Michel i Particelli d’Émery avait épousé en 1616 Anne-Marie Le Camus (morte en 1678), fille de Nicolas Le Camus et de Marie Colbert (v. note [31], lettre 219). Particelle, comme on l’appelait alors, était volage : « Ses amourettes se trouveront par-ci par-là dans les historiettes des femmes qu’il a aimées », dit Tallemant des Réaux (Historiettes, tome ii, page 18), ajoutant que :

« S’en allant faire un voyage, pour n’avoir pas la peine d’écrire à sa femme par les chemins, il laissa plusieurs lettres à Darses, un de ses commis, pour les donner selon leur ordre à Mme d’Émery. Darses, qui était un mauvais agent, ne considéra pas que cette femme était tombée malade et que les lettres du mari ne pouvaient plus servir ; il lui donna une lettre où il y avait “ Je suis ravi d’apprendre que vous êtes toujours en bonne santé ”. Cela fit un bruit du diable. »

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 3 décembre 1649. Note 11

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0209&cln=11

(Consulté le 18.09.2019)

Licence Creative Commons