À Sebastian Scheffer, le 24 mai 1665
Note [12]

Page 6 (Paris, 1646), livre i, chapitre iii, De Aloe [L’Aloès (v. note [8], lettre 169)], ligne 14 (§ 9) : remplacer Mesue [Mésué] par Mesuei interpres [le traducteur de Mésué] dans Sapore debet esse subdulci, ait Mesue… [Au goût, il doit être douceâtre, dit (le traducteur de) Mésué].

Les œuvres du médecin persan Jean Mésué (Jahiah ibn Masouiah) ont été traduites en latin au xvie s. (v. note [25], lettre 156).

L’édition de Francfort (1667, page 5) a appliqué cette correction, mais en laissant la virgule inopportune : ait Mesue, interpres.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Sebastian Scheffer, le 24 mai 1665. Note 12

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1384&cln=12

(Consulté le 28.11.2022)

Licence Creative Commons