De Jan van Beverwijk, le 30 juillet 1640
Note [12]

Deux premiers vers du quatrain que Daniel Heinsius (1580-1655, v. note [4], lettre 53) avait écrit en 1612 pour honorer un portrait de Grotius (1583-1645) : {a}

Depositum cœli, quod jure Batavia mater
Horret, et haud credit se peperisse sibi
Talem oculis, talem ore tulit se maximus Hugo :
Instar crede hominis, cætera crede Dei
.

[Voici les yeux, voici les traits de l’immense Hugo, dépôt du ciel que la Hollande, sa mère, a raison d’avoir en horreur et ne croit pas avoir enfanté pour elle : il a les traits d’un homme, mais pour le reste, il ressemble à un dieu]. {a}


  1. V. note [4], lettre 276, pour cette gravure.

  2. Note 36, page 18 de Charles Nisard :

    « Heinsius fit ces vers en 1614, pour être mis au bas du portrait de Grotius, avec qui il avait vécu dans la plus intime union pendant leur jeunesse ; mais les divisions arrivées dans la République batave les séparèrent et ils devinrent à la fin ennemis déclarés. »


Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – De Jan van Beverwijk, le 30 juillet 1640. Note 12

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=9061&cln=12

(Consulté le 12.05.2021)

Licence Creative Commons