À Claude II Belin, le 2 janvier 1641
Note [4]

Claude i Saumaise : Funus linguæ hellenisticæ sive confutatio Exercitationis (Dan. Heinsii) de Hellenistis et lingua Hellenistica [Funérailles de la langue grecque ou réfutation de l’Eessai (de Daniel Heinsius) sur les Grecs et leur langue] (Leyde, Jean Maire, 1643, in‑12o). La controverse portait sur l’origine et les dialectes de la langue grecque.

Daniel Heinsius (Heinse en flamand, Gand 1580-Leyde 23 février 1655), l’élève le plus éminent de Joseph Scaliger, avait été nommé dès 1605, professeur de politique et d’histoire à Leyde. Il joignit plus tard à ces fonctions celles d’administrateur de la bibliothèque et reçut le titre d’historiographe royal. Il fut aussi l’objet des faveurs de Gustave-Adolphe, d’Urbain viii et de la République de Venise. Dans les querelles théologiques entre les arminiens et les gomaristes, il se prononça pour les vainqueurs, fut nommé secrétaire du synode de Dordrecht, eut la faiblesse de désavouer ses liaisons d’amitié avec Grotius, persécuté par le parti triomphant. Il a cultivé les genres littéraires les plus divers, montrant partout du talent et de l’érudition, et avait pour devise Quantum est quod nescimus ! [Que notre ignorance est étendue !] (G.D.U. xixe s. et Michaud).

Nicolas Heinsius, fils de Daniel, a correspondu avec Guy Patin.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Claude II Belin, le 2 janvier 1641. Note 4

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0053&cln=4

(Consulté le 02.04.2020)

Licence Creative Commons