À Charles Spon, le 4 décembre 1651
Note [13]

« de sublimé ou d’arsenic, ça n’est pas évident. »

Sublimé : « poison violent qui se fait en sublimant du mercure avec des sels violents dans un alambic, comme du sel ammoniac et du vitriol ; et alors on l’appelle le sublimé corrosif [deutochlorure de mercure] ; mais quand il est mêlé avec du mercure coulant, il est appelé sublimé doux [calomel ou protochlorure de mercure, v. note [11], lettre 435] et on s’en sert dans la cure de diverses maladies, et surtout des vénériennes » (Furetière et Littré DLF pour les ajouts entre crochets).

V. note [4], lettre latine 371, pour l’arsenic et ses anciens emplois médicaux.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 4 décembre 1651. Note 13

Adresse permanente : //www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0274&cln=13

(Consulté le 20.09.2019)

Licence Creative Commons