À Heinrich Meibomius, le 18 février 1667
Note [13]

L’italique est en français dans le manuscrit. Les galeries du Palais de justice de Paris appartenaient au Domaine du roi et abritaient quantité de boutiques que la Couronne louait à des marchands en tous genres. Au public qui affluait, ils proposaient principalement des frivolités, comme des ouvrages de littérature distrayante ; ces romans que Guy Patin méprisait et reléguait à l’usage des courtisans et des dames oisives ; des « romans de gare », pourrait-on dire aujourd’hui.

Guy Patin affublait Caspar Hofmann du titre grandiloquent de « Docteur incomparable » (attribué ailleurs, entre autres, à saint Augustin ou à Joseph Scaliger), attendant impatiemment la parution de ses Opuscula (Francfort, 1667, v. note [2], lettre latine 344), que Sebastian Scheffer finissait de préparer, en les ornant d’un portrait de Patin.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Heinrich Meibomius, le 18 février 1667. Note 13

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=1456&cln=13

(Consulté le 03.12.2022)

Licence Creative Commons