À Charles Spon, le 20 février 1654, note 14.
Note [14]

Antoine de Bordeaux (v. note [2], lettre 314) était chargé depuis novembre 1652 de représenter les intérêts diplomatiques de la France à Londres.

Au début de janvier 1654, Mazarin y avait spécialement envoyé le baron Jean-Charles de Baas pour l’aider dans ses négociations visant à reconnaître et s’allier le protectorat nouvellement instauré en Grande-Bretagne (v. note [38], lettre 337). En préambule à toutes ces négociations, le départ des deux princes anglais pour le Danemark, Charles ii et le duc d’York, était une marque de bonne volonté française à l’égard de la république britannique.

Le 10 mars, Antoine de Bordeaux annonça à Londres la reconnaissance du Protectorat par la France (Plant). L’intervention de Baas dans ces délicates affaires fut pourtant calamiteuse : non seulement il exigea sottement de ne pas avoir à se découvrir devant le Lord Protector, mais il trempa apparemment dans une conjuration royaliste visant Cromwell. L’importun fut renvoyé à Paris en juillet, ce qui compromit gravement les chances d’accommodement entre les deux pays et aida l’Espagne à obtenir une alliance britannique. Baas n’en resta pas moins en faveur : on lui confia d’autres missions diplomatiques et militaires, et il acheva sa carrière comme gouverneur général des Antilles de 1667 à 1677.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 20 février 1654, note 14.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0340&cln=14

(Consulté le 18/04/2024)

Licence Creative Commons