À Hugues II de Salins, le 27 décembre 1657, note 14.
Note [14]

« car une seule et même forme de cordonnier ne convient pas pour chausser tout le monde » ; cette expression se lit sous la plume médicale de Joannes Baptista Montanus, {a} à la page 31 ro de ses In artem parvam Galeni Explanationes… [Explications sur l’Ars Parva de Galien] : {b}

Videtisne quomodo sit varius modus docendi etiam ex parte rerum ? et ideo omnes non eodem modo docendi, eodemque calopodio calceandi utuntur.

[Ne voyez-vous pas qu’il existe diverses manières d’enseigner, ne serait-ce qu’une partie des choses, et donc, tout comme on n’emploie pas la même forme de cordonnier pour chausser tout le monde, on n’emploie pas la même méthode pour instruire tout le monde ?] {c}


  1. V. note [4], lettre 359.

  2. Venise Balthassar Constantinus, 1554, in‑8o de 800 pages ; v. notule {a}, note [16], lettre 527, pour l’Ars parva [Petit art ou Microtechnê] de Galien.

  3. « On dit qu’un homme a trouvé chaussure à son pied, pour dire qu’il a trouvé une chose qui lui convient, une personne qui est de même humeur, de même génie » (Furetière).

Diorisme est un hellénisme (διορισμα) : principe, distinction.

Imprimer cette note
Citer cette note
x
Correspondance complète de Guy Patin et autres écrits, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Hugues II de Salins, le 27 décembre 1657, note 14.

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0509&cln=14

(Consulté le 15/04/2024)

Licence Creative Commons