À Charles Spon, le 24 mai 1658
Note [16]

« bien plus qu’un commentateur d’Avicenne ».

Guy Patin confondait ici Avicenne avec Galien (l’une de ses références médicales les plus révérées), après pourtant s’être repris, mais en remplaçant Aristotelem {transcrit entre accolades} par Avicennam.

Turisanus est le nom latin de Pietro Torrigiano de Torrigiani (vers 1270-1350), dont on a écrit le nom de façons très diverses (Turrinno, Turrisanus, Crusianus, etc.). Il avait professé la médecine à Paris et à Florence avant de se faire chartreux. Le livre qui fait son renom est intitulé :

Plus quam commentum in parvam Galeni Artem Turisani Florentini Medici præstantisimi, cum duplici textus interpretatione, antiqua scilicet et Leoniceni, et eiusdem libello de Hypostasi,
Opus non solum Medicis utile ac necessarium, verum etiam Philosophis valde accommodatum : Quod olim quidem Iul. Martianus Rota Artium et Medic. Doctor pluribus auxit et emendavit : Nunc vero magna diligentia recognitum, atque aptius exornatum, additis quibusdam ad eamdem rem pertinentibus, denuo imprimendum curavimus.
Ea autem sunt Hali, qui eandem Galeni Artem primus exposuit. Ioannitii ad eamdem Introductio. Gentilis, qui primum eiusdem Artis librum partim explicando, partim dubitando declaravit. Nicolai Leoniceni quæstio de tribus doctrinis, in capita divisa
.

[Bien plus qu’un commentaire de Turisianus, très éminent médecin de Florence, sur l’Ars Parva de Galien, {a} avec une double traduction du texte, l’ancienne et celle de Niccolo Leoniceno, {b} et son opuscule de l’Hypostase. {c}
Ouvrage non seulement utile et nécessaire aux médecins, mais aussi tout à fait adapté aux philosophes. Julius Martianus Rota, docteur ès arts et médecine, l’a jadis beaucoup augmenté et corrigé, mais nous avons pris soin de le réimprimer maintenant, revu avec grande diligence et plus correctement présenté, avec certaines additions ayant trait au même sujet.
Il y a aussi : Hali, {d} qui le premier a mis au jour ledit Ars de Galien ; l’Introduction que lui a donnée Joannitius ; {d} Gentilis Fulginas, {e} qui a le premier déclaré qu’il fallait à la fois étudier ce livre et en douter ; la recherche de Niccolo Leoniceno sur les trois doctrines, {f} divisée en chapitres]. {g}


  1. Ars Parva, Μικροτεχνη (Microtechnê), est le surnom qu’on donne traditionnellement à l’Ars Medica (Τεχνη ιατρικη, Technê iatrikê). Dans la même veine et par contraste, sa Methodus medendi [Méthode pour remédier] est surnommée Ars magna, Μακροτεχνη (Macrotechnê, v. note [3], lettre 124).

    Dans cette édition, l’Ars Parva est composé de trois livres, mais celles qui servent aujourd’hui de références (Chartier, volume 2, pages 196‑231, ou Kühn, volume 1, pages  305‑412) n’en présentent qu’un (composé de 37 chapitres).

  2. V. note [28], lettre latine 75.

  3. Le sédiment de l’urine.

  4. Ali ibn Ridwan, médecin et astronome égyptien du xie s.

  5. Ishaq ibn Hunayn médecin de Bagdad au ixe s.

  6. Gentile da Foligno, médecin et philosophe italien mort en 1348.

  7. Postulées par Galien dans son traité, dont le Ρροοιμιον (Proœmium [Préambule]) de cette édition énonce que :

    Tres sunt omnes doctrinæ, quæ ordine Habentur. Tres sun omnes doctrinæ, quæ ordini inhærent.

    [Toutes les doctrines ont trois parties, qu’il faut considérer dans l’ordre. Toutes les doctrines ont trois parties, qui adhèrent à un ordre].

  8. Venise, héritiers de Luca Antonius Junta, 1557, in‑fo de 506 pages.

Les bizarres hésitations de Patin sur « Turisanus qui a été le plus quam commentator… » d’Aristote ou d’Avicenne, au lieu de Galien, me semblent traduire soit une étourderie, soit un doute profond sur l’authenticité galénique de l’Ars parva, qu’il pouvait tenir pour une imposture des Arabes.

Imprimer cette note
Citer cette note

x Correspondance complète et autres écrits de Guy Patin, édités par Loïc Capron. – Paris : Bibliothèque interuniversitaire de santé, 2018. – À Charles Spon, le 24 mai 1658. Note 16

Adresse permanente : https://www.biusante.parisdescartes.fr/patin/?do=pg&let=0527&cln=16

(Consulté le 08.12.2022)

Licence Creative Commons